enfrnl



“un prototype de filtre à eau mobile pour toutes les eaux de surface dans la ville”

“un pavillon itinérant permettant de récolter l'eau pluviale”

“purifier l'eau "à la carte" selon le besoin de son utilisation”

tags

friche eau de pluie ville filtre qualité de l'eau tester rencontre

tag: ville

Pavillon Eau Propre (2012-13)


 

D'un côté, la pluie  nous tombe dessus en abondance, d'un autre côté elle est rarement rendue utile. Grand temps donc de capter cette eau vive avant qu'elle ne passe aux égouts et de tester comment elle pourrait (re)prendre sa place en ville.

Sous forme d'un pavillon nomade pour l'espace public urbain, EauPropre|ProperWater présente une construction en bois et un point d'eau montable et démontable. Par sa toiture "entonnoir', le pavillon récolte l'eau de pluie et par un système à filtres low-tech cette eau est filtrable selon les exigences de l'usage.
Le grand défi: pouvoir boire les pluies urbaines !
Le pavillon même sert de point de rassemblement et de lieu de rencontre, d'échange et de débat...



... un peu comme l’étaient les puits dans les villes et villages d’autrefois –, le Pavillon se veut l’endroit où l’on vient écouter les dernières nouvelles du quartier et transmettre des informations. En créant un espace propice au débat, de tels lieux favorisent l’échange et la confrontation des opinions, un élément crucial pour la démocratie urbaine.

ProperWater| EauPropre veut créer des liens entre initiatives citoyennes et politique, créateurs et ingénieurs, main d’œuvre spécialisée et industriels en mettant en débat nos 5 questions autour de 3 axes:
1. une gestion de l'eau décentralisée et appropriée/-able
2. le droit à l'eau, l'accès à l'eau
3. les nouveaux métiers de l'eau

 

DES EAUX SOUTERRAINES À L’EAU DE PLUIE

Après les expériences autour de PUM-pit, nous réorientons le projet. Faire remonter l’eau invisible étant coûteux, n’était-il pas plus facile de parvenir à rendre utilisable les eaux polluées, des eaux d’un car wash à celles du canal ? L’accent a été déplacé du pompage des eaux souterraines vers le captage de toutes les eaux de surface possibles dans la ville.

Notre idée que l’eau de vaisselle, des flaques, des fontaines ou des égouts puisse être rendue potable au moyen d’une station d’épuration auto-construite fut d’emblée rejetée avec dédain par les « experts ». Notre rêverie a pourtant ouvert les imaginaires et nous a amené à établir un système assez réalisable pour s’attaquer aux eaux pluviales.

A partir de mai 2012, le temps était venu de sortir à nouveau. Le nom général donné au projet englobait l’ensemble de la thématique de l’eau : ProperWater | EauPropre, et la machine, à la construction de laquelle on avait déjà longuement bricolé, est devenue un pavillon itinérant en bois, couvert d’un toit en entonnoir permettant de récolter l’eau pluviale. Grâce à une pompe manuelle, toute personne qui souhaitait utiliser l’eau de pluie récoltée pouvait la diriger depuis le collecteur vers une colonne contenant une série de filtres rudimentaires.

 

PAVILLON EAUPROPRE

Le Pavillon créé dans le cadre du projet EauPropre | ProperWater a fait à ce jour deux étapes :

- Étape 1, Friche Eggevoort, été 2012
- Étape 2, Friche Eggevoort, été 2013

Où il a permis d’organiser des débats, de rassembler le réseau eau et ville, d’expérimenter autour d’un chantier public, de s’essayer à la fabrication de filtres, de faire un monitorat de la potabilité de l’eau de pluie filtrée. Il a servi de point d’attention, point de rencontre et débat, objet d’expérimentation de captation et filtration d’eau de pluie, point d’eau public.

Nous avons pu aborder un certain nombre de sujets, allant de la technologie et de la science, l’histoire, la politique, la gestion et planification urbaine à l’espace public.

→ du 16 juin au 8 juillet 2012 – première série de rencontres – Friche Eggevoort – Bruxelles
→ 25 septembre 2012 – presentation du Pavillon au premier Salon de l'economie Sociale d'Insertion - Les Ateliers des Tanneurs – Bruxelles
→ du 3 mai au 15 juin 2013 - Friche Eggevoort – Bruxelles
→ les installations suivantes à Bruxelles seront décidées de façon collective en cours du processus avec le réseau des acteurs, partenaires et invités du projet Eau Propre | Proper Water – toutes les propositions sont les bienvenues

 

PAVILLON 1.0

Lors d’un chantier public de trois semaines se déroulant dans la Friche Eggevoort et son jardin d’eau, nous avons construit et monté le pavillon. Sous sa toiture, nous avons testé un système de filtration capable de purifier l’eau de pluie de la façon la plus naturelle qui soit, sans produits chimiques ni technologies de pointe. La question était de savoir si nous pourrions pousser le processus jusqu’à être en mesure de boire l’eau de pluie. L’ingénieur Damien Smets et le chimiste Antoine Pacco nous ont aidé à fabriquer une colonne de filtre à sable, charbon actif et UV.

De nombreuses activités se sont déroulées sous le Pavillon entre le 16 juin et le 8 juillet 2012. Déclinées autour du thème de l’« eau dans la ville », elles invitaient également à se poser des questions, à débattre, découvrir et tester de nouvelles pratiques.

Des groupes d’alphabétisation, d’accueil extrascolaire ou d’écoles de devoirs vinrent découvrir les lieux ; des débats furent tenus sur le droit à l’accès gratuit à l’eau, ainsi que des cafés fil’eau autour de la solidarité internationale ou de l’histoire. Il y eut des séances d’information sur les éco-construction et rénovations redonnant un rôle à l’eau dans l’habitat individuel et des ateliers où l’on a travaillé le bois, dessiné ou concocté des sirops... Des créateurs de jardins sur toit, des experts en filtres, des jardiniers de la ville... vinrent partager leurs connaissances. [voir également dans archives]

 

PAVILLON 2.0

Le chantier a été terminé en avril 2013. Le Pavillon, installation conçue pour s’intégrer dans l’espace public urbain, fonctionnait alors de façon totalement autonome. Nous y avons testé un nouveau système de filtration et celui-ci a fait ses preuves : l’eau pouvait désormais être purifiée « à la carte », selon le besoin de son utilisation. Chacun pouvait recevoir de l’eau provenant du Pavillon en échange d’un peu d’énergie, pour autant qu’il était approvisionné en eau de pluie évidemment.

Du 3 mai jusqu’à l’été de 2013, le Pavillon EauPropre était à nouveau monté sur la Friche ­Eggevoort à Bruxelles. C’était le moins que nous puissions faire pour remercier l’implication des nombreuses personnes présentes sur le chantier de l’an dernier.

Des synergies se sont constituées avec des festivals urbains tels que TokTocKnock (KVS, Théâtre Royal Flamand), Matongé-Europe (Bureau de laision Bruxelles-Europe), le Parcours Biodiversité (avec les EGEB et l’IRSNB). Et, avec des collectifs tels que PUM et Do-it-Yourself, nous avons organisé des ateliers. Le Pavillon a reçu la visite d’étudiants, de coordinations culturelles et de groupes locaux en transition, pour des échanges sur le sens ou le non-sens du captage d’eaux pluviales, de l’épuration et de l’eau en ville.

 

Choix de pompe

Après la transformation du projet PUM-pit en projet Eau Propre | Proper Water nos recherches de pompe se sont reportées sur des modèles plus simples puisque la pompe n’avait plus un rôle central et avait une fonction simplifiée.

Nous avons pu essayer deux pompes dans l’une et l’autre version du Pavillon. La première était une pompe manuelle semi rotative en fonte, délivrant un bon débit. Mais elle avait l’inconvénient de rouiller à l’intérieur comme à l’extérieur ce qui nous a inquiété, notamment pour l’impact sur la qualité de l’eau. Nous avons questionné Brulabo, laboratoire partenaire du projet et garant de la qualité de notre eau de pluie filtrée, qui a répondu :

“La rouille est toujours à éviter, pour des raisons techniques évidentes. Difficile de se prononcer sur les risques pour la santé car cela dépend des métaux qui sont corrodés. Le fer et le cuivre ne sont pas toxiques. Le nickel, le chrome, le plomb... sont toxiques. Le problème de l’eau de pluie est qu’elle est corrosive, à cause de l’absence totale de calcaire. Comme je l’avais déjà suggéré, un très léger ajout de chaux (Ca(OH)2) de manière à avoir un pH > 7,5 permettrait sans doute de corriger ce problème.”

Par sécurité, nous avons décidé de chercher une nouvelle pompe, ce qui nous permettait également d’ajouter l’exigence de trouver une pompe actionnée au pied permettant d’avoir les deux mains libres pour remplir sa bouteille. Nous avons choisi une pompe à pied provenant de matériel nautique. Un telle pompe fonctionne très bien dans un système soumis à aucune pression. Par contre elle s’est révélée moins performante lorsqu’il a s’agit de passer à travers les membranes filtrantes du Pavillon 2.0. Les pores réduits des membranes créent une résistance et renvoient une pression sur la pompe qui se bloque.

De ce fait, le Pavillon 2.0 distribue de l’eau à faible débit, ce qui toutefois a l’avantage de permettre de peser la préciosité de l’eau filtrée et contraint à un usage parcimonieux.

 

POURQUOI?

L’eau exige par nature une gestion rigoureuse : elle est non seulement RARE mais aussi très TECHNIQUE.
rare parce que sa disponibilité est limitée, et que ce qui est disponible est souvent pollué ;
technique dans le sens où sa gestion et sa purification requièrent des compétences avancées en chimie et ingénierie.

Le fait que des autorités peu transparentes ou des entreprises à but lucratif soient souvent chargées de cette expertise met en danger le droit universel à l’eau et le statut même de celle-ci, considérée comme un bien commun.

Nous sommes convaincus que la filtration, la gestion, l’utilisation et la réutilisation de l'eau ne peuvent s’inscrire dans une démarche durable qu’à la condition que chacune de ces étapes soient intégrées dans des réseaux de proximité solidaires.

Qui ?

 

City Mine(d) est à l’initiative de ce projet.

La création du Pavillon a été réalisée en collaboration avec l’architecte-ingénieur Kathleen Mertens et l’architecte Chris Rossaert. L’atelier de la Mission Locale de Forest, notamment Jacques Lechat, Juan Vandeput et les ouvriers du programme de transition professionnelle, se sont chargés des travaux de menuiserie. Danny Vandeput s’est occupé de la soudure. Armando Matteo, avec ces 40 ans d’expérience sur les chantiers du Quartier Européen, a été indispensable pour la stabilité.

Brulabo prend en charge les tests et les analyses afin de définir si l’eau satisfait aux normes de qualité.

Kadanja s’est chargé des panneaux, schémas et signalisation.

Nous avons pu filtrer de l’eau de pluie grâce aux informations publiées sur le site eautarcie et aux conseils avisés de Josef Orszagh, son créateur, à l’intelligence technique de Gerrit (KilianWater), à l’expérience pratique de Michel Bieswal (Les Compagnons Dépanneurs), à l’eau de pluie du réservoir du Jardin des Arts, et à l’atelier Cyclo où nous avons pu renverser de l’eau.

retour



City Mine(d)

Eau Propre | Proper Water by City Mine(d)
is licensed under a Creative Commons
Attribution-NonCommercial-ShareAlike 2.0 Belgium License

Creative Commons License

-Login-