enfrnl



“échange de connaissances du Sud vers le Nord”

“l'invention d'un système de pompage est devenu le coeur du projet”

tags

friche eau de pluie ville réseau rencontre

tag: ville

PUM-pit (2011-12)


 

créer un outil modulaire, une forme confortable qui permet de passer du temps en plein-air. Par son usage, PUM-pit enclenche une pompe à eau et devient ainsi un outil de rencontres et d’interactions sociales, autant qu’un instrument qui (re)donne une place symbolique à l’eau dans la vie du quartier.

PUM-PIT: POMPE À EAU INTERACTIVE

Le concept de base du point d’eau a pris forme au courant du premier semestre 2011. Un grand enthousiasme est né à l’idée de créer un module confortable, un élément interactif de mobilier urbain, qui permette de passer agréablement du temps dans l’espace public­ tout en activant une pompe à eau (en se balançant ou en jouant).

Cela a aussi suscité des questions à propos de l’usage et de la gestion de l’eau. Vu la précarité des ressources hydriques dans bien des parties du monde – où l’eau y est rare, chère, mal gérée ou gaspillée – nous avons cherché à établir des contacts avec des organisations de solidarité internationale expérimentées dans l’échange de connaissances des pays du Sud vers ceux du Nord.

Le petit noyau, constitué de City Mine(d) et du studio de design Urban Room, a mené le projet en étroite collaboration avec l’Institut royal des Sciences naturelles (IRSNB), l’association touareg bruxello-malinoise Tilwat-Azawat, les Ingénieurs Sans Frontières (ISF) et les gens de Maelbeek dans Tout Ses États (MTSE) qui recherchaient depuis longtemps à rendre à nouveau, de façon symbolique, l’eau présente dans la vallée du Maelbeek.

L’invention d’un système de pompage est devenu le cœur du projet. Sur le terrain choisi dans la vallée du Maelbeek, la Friche ­Eggevoort, l’eau n’était pas visible, mais jamais très loin. On entama donc la recherche d’une source d’eau afin de pouvoir la pomper. Le grand étang du Parc Léopold tout proche semblait juste trop éloigné pour pouvoir générer, sans électricité, une force de pompage suffisante pour pouvoir franchir la distance. C’est pourquoi, nous avons recouru à des cartes historiques et topographiques et, en collaboration avec MTSE, à des essais afin de localiser des sources plus proches dans le Parc. Avec un ami hydrologue qui a effectué manuellement des forages du sol, nous avons pu également estimer à quelle profondeur précisément on trouverait de l’eau sous le terrain marécageux d’Eggevoort.

Pour déjà aller plus loin avec notre concept de pompe publique, baptisé entre-temps PUM-pit, un week-end « open-design » a eu lieu, les 11 et 12 juin à l’IRSNB. Urban Room y conçut, ensemble avec les participants, des maquettes grandeur nature pour un usage alternatif et interactif de la pompe à eau. Afin de tenir compte au mieux de l’ergonomie, un professeur en art du mouvement anima un atelier ; mais surtout, on construisit, plia et essaya. L’association Tilwat et Azawat, ainsi que quelques Ingénieurs Sans Frontières contribuèrent au projet et apportèrent leurs connaissances sur l’usage des pompes à eau dans le désert.

Nous avons finalement créé quatre maquettes qui ont été exposées un mois plus tard à Eggevoort, à l’occasion d’une réception festive le 13 juillet. Tout un chacun fut mis à contribution, de près ou de loin, chacun était invité à tester les maquettes et à faire part de ses commentaires critiques, à dire ce qu’il pensait du mouvement utilisé, de l’ergonomie, de l’usage du poids et du contre-poids, de leur confort dans l’espace public, de leur forme artistique, des possibilités d’interactions avec les passants, les riverains,... Ce feed-back devait nous aider pour le choix de la forme et de l’utilisation les plus adéquates pour le module PUM-pit définitif. Ensuite, pendant la Fête de l’eau du 28 août et quotidiennement, du 21 juillet au 30 septembre au « quartier général » des EGEB, nous avons observé, testé et rapporté...

A la fin de l’été, nous avons fait un état des lieux. Nous avions bien avancé sur la forme que devait prendre PUM-pit, mais l’arrivée d’eau via l’installation restait une question épineuse. Au moment de la Fête de l’eau, les relations s’étaient compliquées avec la Ville de Bruxelles, propriétaire du terrain d’Eggevoort. En outre, il était apparu que le pompage d’eau à la Friche Eggevoort serait possible seulement moyennant des forages assez profonds (10 à 15 mètres). De gros budgets et des permis auraient été nécessaires, ce qui ne collait absolument pas avec la nature temporaire et plutôt emblématique du projet.

La conclusion était claire : l’installation d’un prototype de PUM-pit sur la Friche, s’avérait, et assurément pour la fin 2011, un but inaccessible. Le projet d’une installation hydraulique temporaire dans la vallée du Maelbeek avait, en tout cas, fait rêver beaucoup de monde, et permit de réunir une coalition quelque peu unique de citoyens actifs, de scientifiques, d’ingénieurs, de riverains, d’eurocrates, de touareg, d’ONG et d’artistes.

retour



City Mine(d)

Eau Propre | Proper Water by City Mine(d)
is licensed under a Creative Commons
Attribution-NonCommercial-ShareAlike 2.0 Belgium License

Creative Commons License

-Login-