enfrnl



tag: législation


 

L'eau comme Bien Commun à Bruxelles?

texte originale publié dans: Bridges over troubled waters, Crosstalks, VUB press, Bruxelles 2012, p223-231- "L'eau comme bien commun à Bruxelles", Dominique Nalpas & François Lebecq

 

L’ère dans laquelle nous vivons semble nous laisser toujours plus fascinés par la technologie, cette grande oeuvre humaine qui aurait le pouvoir de nous libérer du joug qui nous asservit à la nature ou qui ferait de l’humain un prolongement du créateur. Et pourtant, avec l’eau, il semble que nous entretenions une relation étonnante : nous projetons sur elle un désir, un idéal de pureté et de virginité naturelle, loin des complications techniques et autres contaminations sociales. “Couvrez donc ces eaux impures que nous ne saurions voir”, serions-nous tenter de dire pour paraphraser la célèbre réplique que Tartuffe donne à ­Dorine. En réalité l’eau claire et pure ne nous parvient si potable et si apparemment naturelle au coeur de l’urbain qu’au prix de l’utilisation de technologies toujours plus sophistiquées et coûteuses. L’eau est un objet chevelu1 qui se tresse étroitement dans la complexité du social, de l’environnemental, de l’économique, du politique, etc.

En fait, depuis belle lurette, l’eau est invisible dans notre ville, elle est une tache noire de nos politiques de l’aménagement urbain, refoulée de nos imaginaires et de nos soucis citoyens. Et comme bien d’autres éléments dont nous ne voulons pas voir la réalité, elle risque de resurgir comme un retour du refoulé, se manifestant de crise en crise toujours plus douloureusement. Car la fuite en avant vers toujours plus de technologie - au nom du Progrès - qui résout certaines questions pour en reposer d’autres ailleurs, n’épuisera jamais la nécessité de rendre la gestion de ce bien plus visible et plus conscient, donc plus collectif, plus commun... Disons le d’une autre manière, technologie et socialité ne peuvent exister que dans une combinatoire complexe dont les agencements doivent intégrer leur interdépendance. L’eau, comme le climat, est un fait naturel, mais aussi social, économique et politique qui mérite d’être mieux compris dès lors que l’on souhaite lui garder son caractère de bien commun.

»
Histoires d'eaux aristocratiques, publiques voir démocratiques?

Article par Michel Bastin


En 1830, la Ville Bruxelles tenta de mettre en service une toute nouvelle machine hydraulique à vapeur, qui devait alimenter un système urbain de distribution d’eau potable. La machine, conçue par TEICHMANN, ingénieur de la ville, se situait au bord de l’étang d’Etterbeek, au bas de la chaussée de Wavre. L’eau devait être propulsée vers un réservoir implanté au Keyenveld, près de la Porte de Namur. Au cours d’un des premiers essais, une des deux chaudières, mal réglée semble-t-il, explosa... quelques jours plus tard, Bruxelles connut une autre explosion, politique cette fois. La révolution qui devait mener à l’indépendance de la Belgique.

»
Boire l'eau de pluie?

Au travers du développement du point d’eau, nos ambitions ont évolué, nous ne voulions plus seulement créer un espace de rencontre, mais aussi tester jusqu’où nous pouvions aller dans l’épuration et même la potabilisation de l’eau en ville. Nous avons entamé une recherche sur les normes de potabilité (selon les directives de l’Union européenne, de l’OMS, ISO), les sondes, les systèmes de filtres et les appareils de mesure ; nous avons établi des alliances avec des chimistes et des ingénieurs approchant la question sur le mode DIY.

»
L'eau propre est-elle potable? Normes, distribution et monopoles.
Des constats, des contradictions et des questions. »
Eau Propre | Proper Water :: Le LIVRE


Quand creuser pour trouver de l'eau, mène à boire de l'eau de pluie
2011-2013

[Creative Coommons 3.0, Bruxelles, juin 2013]
[Eng, Fr, Nl]

Ball

Ce livre raconte un voyage de deux ans, de la recherche d’une eau propre jusqu’à la potabilisation de l’eau de pluie. Ainsi sont partagés des réflexions, des connaissances pratiques sur le filtrage de l’eau, des objets concrets que chacun peut utiliser comme le "Pavillon EauPropre", le "Pacco-test" ou le "City Mine(d) TAP".
De nombreuses personnes et collectifs ont joué un rôle crucial dans l'histoire. Ce qui illustre la fonction primordiale des relations sociales dans les interventions en espace public.
Trois auteurs apportent également leur contribution et donnent une vue d’ensemble sur des questions d'eau. Ils décrivent le passé (Michel Bastin des Etats Généraux de l'Eau et de Maelbeek dans Tous Ses états) et le futur (Dominique Nalpas et François Lebecq– EGEB) de l’eau à Bruxelles. Une description d’infrastructures effondrées illustrent leurs positions.
Le livre n’est pas le point d’arrivée du voyage. Parce que certains éléments continuent, il est plus un arrêt le long du chemin, et en le mettant par écrit un moyen de partager l’expérience et d’ouvrir le débat plus largement.

Disponible dans le bureau de City Mine(d), via
la "boutique" web ou en librairie (Maelström, Passa Porta, Sterling Books, Tropismes, Wiels Bookshop, ...)

265 pages, relié, 17cm x 11cm x 1cm, Fr-Nl-Eng
»

archives »





City Mine(d)

Eau Propre | Proper Water by City Mine(d)
is licensed under a Creative Commons
Attribution-NonCommercial-ShareAlike 2.0 Belgium License

Creative Commons License

-Login-